Parcours


Donner l’impression de la nature « intérieure », inconsciente et spontanée.

Des champs colorés qui structurent l’espace tout en accentuant l’idée du chaos.


Formée au dessin, puis aux techniques de la peinture de tradition, à l’école du peintre naturaliste Hélène Legrand, ma recherche s’inscrit dans une dimension et une recherche philosophique. Coloriste, j’aime jouer avec le spectateur en lui permettant d’échapper au cadre défini d’une forme classique et retenant la leçon de mon maître : « Ne jamais se fondre dans un courant pré-établi. »

Un univers sans figuration, un appel à l’imaginaire. Tout ici est question de rythme, de silence, de méditation et de couleurs. Ma recherche picturale est un voyage initiatique entre philosophie orientale et approche profonde du Soi. Un univers fait d’émotions, de surprises exprimant le flou et les méandres de l’âme. Par syncrétisme, mon travail à l’encre de chine précède un jeu de glacis et d’aplats de couleurs qui s’entremêlent jusqu’à faire jaillir la lumière.

« Dominique Mignon est un de ces peintres qui ont fait leur les grands acquis de la peinture du XXIème pour les interroger en ce début de siècle. C’est ainsi que pour animer la surface du tableau, le rôle principal est confié aux moyens même de la peinture : la touche, la matière et la couleur…

L’enjeu de la représentation, son point névralgique, sera de DONNER à VOIR le mouvement incessant de ce qui vit et la trace colorée comme indice de sa puissance : faisant de sa dynamique le principe qui fonde l’unité du tableau.

A cet effet, deux phases de travail vont se succéder dans l’élaboration. Un geste spontané fait à l’encre va marquer la toile de l’empreinte d’une action où le temps s’est inscrit. Puis le contrepoint sera chromatique. Les deux niveaux du temps s’inscrivent tour à tour, le temps immédiat du premier geste prend possession de l’espace puis un temps plus long, plus intérieur vient construire pour incarner cette énergie vitale. L’incarnation se fait couleur. Prise en ces forces vives, le peintre nous propose dans l’espace de la toile devenue champs d’énergie, une stabilité de funambule, UN DON DE VITALITE. « 

H. Legrand – www.helenelegrand.eu